Fermer

Cette semaine, sur 22-med !

Par la rédaction, le 23 mai 2024

Mohamed Jeddoubi, le plus jeune éleveur primé, pour sa vache de la race Oulmès-Zaer, lors du Salon international de l’agriculture au Maroc mi-avril. @Fédération marocaine des éleveurs de la race bovine d’Oulmès-Zaer (FMERBOZ)
Voici les sujets publiés cette semaine par 22-med, le media des solutions en Méditerranée. Notamment des incursions plutôt vaches en Slovénie et au Maroc. La lecture est accessible dans toutes les langues des 22 pays de ce bassin.
Maroc – Les “vaches-accordéons” d’Oulmès-Zaer, un espoir national

Au Maroc, le manque d’eau affecte l’agriculture, mais aussi l’élevage. Le coût de la viande rouge explose et le pays, auparavant autosuffisant dans sa production, se retrouve obligé d’importer depuis l’étranger. Face à cette situation, une race bovine se distingue. Élevée exclusivement dans la région montagneuse d’Oulmès-Zaer, elle résiste naturellement à la sécheresse. Une source d’inspiration, que le gouvernement marocain s’efforce de préserver et de développer.

Slovénie – Une laiterie idéale dans les Alpes

La Slovénie, en tant que pays alpin, a une longue tradition de production laitière, mais de plus en plus d’agriculteurs abandonnent leur activité en raison de conditions agricoles difficiles. À la laiterie Planika, qui est la propriété à 100% de la coopérative agricole de Tolmin, ils s’efforcent de fournir de meilleures conditions de travail aux agriculteurs et aux salariés de la laiterie. Et même au bétail qui pâture une grande partie de l’année dans les prairies environnantes.

France – “Quartier école”, une bonne idée pour découvrir les métiers

Médecins, artisans, commerçants, policiers et cantonniers et citoyens deviennent pour quelques heures les enseignants des enfants des écoles voisines grâce à ‘’Quartier école’’. Ce dispositif unique, mis en place depuis novembre 2023 par la Fabrique du Nous et soutenu par le groupe de presse Bayard, est expérimenté dans trois classes pilotes de Marseille.

Tribune en partenariat avec l’UNESCO – Quand l’eau devient un enjeu majeur #3

Le réchauffement climatique dérègle le cycle de l’eau et l’activité humaine accentue la pénurie d’eau douce. Les tensions pour le contrôle et l’accaparation de cette ressource vitale s’accentuent. À l’exemple du pétrole au 20ème siècle, l’eau devient source de conflits. Peut-on trouver dans le passé, notamment dans les régions de culture fluviale, des dispositifs qui permettent de résoudre les tensions entre les différents acteurs ?

La thématique est le fil rouge d’un dialogue entre les scientifiques Matthias Wantzen et Bernard Mossé. Troisième et dernier volet : La crise écologique nous oblige à bâtir une nouvelle éthique. ♦