Fermer

L’accueil familial plutôt que l’Ehpad ou l’institut spécialisé

Par Agathe Perrier, le 30 avril 2024

Journaliste

L’accueil familial est une pratique encadrée par la loi depuis une trentaine d’années en France © Pixabay

Les personnes âgées ou en situation de handicap n’ont souvent que deux options d’hébergement à leur disposition : le domicile ou un établissement collectif. Il existe toutefois des alternatives, dont l’accueil familial. Une solution « comme à la maison » qui se veut chaleureuse, stimulante et source de bien-être.

Le nombre de personnes âgées est en constante augmentation en France ces dernières décennies. Une tendance qui devrait se poursuivre : si 9% de la population a plus de 75 ans aujourd’hui, ce devrait être 16% d’ici 2052, selon les prévisions de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques). Une grande majorité de ces seniors – 85% d’après un sondage IFOP datant de 2019 – souhaite vieillir à domicile. Mais lorsque ce n’est plus possible, l’unique solution qui s’impose souvent est celle de l’hébergement collectif spécialisé, du type Ehapd. Idem pour les adultes en situation de handicap.

Or, il existe une autre option : l’accueil familial, encadré depuis une trentaine d’années en France (lire bonus). « C’est un dispositif pourtant peu connu », regrette Florent Ury, directeur de l’innovation sociale et porte-parole de CetteFamille. Cette entreprise sociale et solidaire, créée en 2016, se charge justement de le promouvoir, en mettant en relation accueillants et futurs accueillis. « L’accueil familial présente de vrais avantages. Pour les personnes âgées ou en situation de handicap, c’est une façon de vivre comme à la maison, dans un cadre de vie chaleureux. Ils deviennent presque des membres à part entière de la famille », souligne-t-il.

accueil-familial-cette-famille
Sabine et Sylvaine sont hébergées par Fatiha depuis respectivement près d’un an et 13 ans © Agathe Perrier

Un lien fort

Des termes employés mot pour mot par Fatiha. Accueillante familiale, elle vit avec Sylviane depuis treize ans. Soit depuis qu’elle a obtenu l’agrément nécessaire pour exercer ce métier, que dispense le Conseil départemental (bonus). « Je me suis tout de suite attachée. Et une fois que le lien s’installe, on ne voit plus les difficultés et la personne devient un membre de la famille », confirme ainsi cette élégante Gardannaise (commune des Bouches-du-Rhône). En situation de handicap, Sylviane manque d’autonomie et Fatiha est donc là en permanence pour l’aider. Dans les tâches du quotidien, pour l’amener sur son lieu de travail – elle occupe un poste à temps partiel dans un établissement spécialisé (Esat) – ou à ses rendez-vous médicaux. « Quand je vois son sourire, c’est une belle récompense », apprécie l’accueillante.

À l’automne dernier, Sabine est venue s’ajouter au foyer. L’appartement de Fatiha disposant de trois chambres, elle a obtenu un agrément supplémentaire afin d’hébergerquelqu’un de plus. Qu’elle a mis deux ans à trouver. « J’ai rencontré plein de personnes. Mais soit mon logement ne convenait pas,parce qu’elles étaient en fauteuil roulant par exemple, soit ça ne matchait pas. Le relationnel est très important et je voulais quelqu’un avec qui Sylviane et moi pourrions nous entendre », précise-t-elle.

fatiha-metier-accueillante-familiale
Le côté humain du métier d’accueillant familial est ce qui anime Fatiha depuis plus de 10 ans © AP

Des difficultés au quotidien

Le côté humain est justement ce qui l’anime dans ce travail. Et compense les difficultés du quotidien. « Il n’y a pas d’horaire qui acte la fin de la journée. La charge mentale est très forte », souffle Fatiha. Il s’avère par ailleurs compliqué de prendre des vacances car, dans ce cas, il lui faut un(e) remplaçant(e). À rétribuer soi-même. Or, le salaire d’un accueillant familial n’est pas élevé. « Le statut est assez précaire », appuie Florent Ury. « Les deux parties sont liées par un contrat qui fait de l’accueilli l’employeur de son accueillant. Cela signifie qu’il n’est pas salarié d’une structure et n’a donc pas les avantages liés. Et si l’accueilli s’en va, l’accueillant n’a plus de salaire », relève-t-il.

Côté revenu, Fatiha indique toucher 2 000 euros par mois par personne accueillie, soit 4 000 euros au total. Une somme avec laquelle elle doit subvenir à leurs besoins et aux siens. Les trois quarts partent dans les factures et les besoins alimentaires, si bien qu’il ne reste pas grand-chose au trio pour se faire plaisir. Ce que déplore l’accueillante, compte tenu de l’utilité et la valeur de son métier. D’autant qu’en plus d’offrir un accompagnement aux personnes âgées et en situation de handicap, l’accueil familial se révèle l’alternative la moins onéreuse. Selon les calculs de CetteFamille, le reste à charge mensuel constaté est en moyenne de 1078 euros, contre 1784 euros en cas d’hébergement dans un Ehpad public et 2615 euros dans un privé.

accueil-personne-situation-handicap
Parmi les passe-temps favoris de Sylvaine : le coloriage © Agathe Perrier

Nécessaires alternatives

Malgré son manque de notoriété, l’accueil familial rencontre du succès. « C’est une solution plébiscitée lorsqu’elle est connue », glisse Florent Ury. Ainsi, sur les 10 000 places recensées chez CetteFamille, 95% sont occupées d’après ses chiffres. Et généralement sur un temps long. « Les raisons pour lesquelles une personne quitte une maison sont les mêmes que dans les familles classiques, et souvent c’est à cause de la perte d’autonomie », souligne Fatiha.

Face à l’embouteillage et au besoin croissant d’hébergement, d’autres solutions émergent. Dont la colocation, qui a particulièrement le vent en poupe ces dernières années. CetteFamille dispose d’ailleurs de 40 maisons dans son réseau, destinées uniquement à l’accueil des seniors. « On a le rôle de facilitateur de vie partagée : on gère la maintenance, l’animation, le lien avec le service d’aide à domicile », énumère le porte-parole. D’autres sont aussi ouvertes à des personnes en situation de handicap (notre reportage à lire ici). De bonnes (et nécessaires) alternatives pour que chacun puisse trouver son havre de paix. ♦

♦ La Fondation de France – Méditerranée parraine la rubrique Société et partage avec vous la lecture de cet article ♦
Bonus

[pour les abonnés] –  L’accueil familial, une pratique ancienne – Devenir accueillant familial – Trouver une famille d’accueil –

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.